FR EN
Jacques Attali
L'humanité devra réussir à vivre à la fois en sédentaire
pour se construire et en nomade
pour s'inventer

-  Qui sommes-nous ?  -

Art Across Frontiers est une plateforme nomade

de recherche en tissage et métissage des cultures

Notre montgolfière est une plateforme nomade de recherche. Nous pourrions définir une plateforme comme une station de travail située en hauteur. Le fait qu’elle soit nomade lui apporte le mouvement. À bord de cette montgolfière, nous travaillons ainsi proche des populations dans une discipline de recherche culturelle à mi-chemin entre l’art et l’anthropologie où se conjuguent le dépassement physique et spirituel.
Notre itinéraire de vol est la protection des cultures à travers le tissage et le métissage des traditions nomades et sédentaires.
Le principe fondamental du tissage repose sur l’interaction d’une partie mobile - la trame par le biais de la navette - avec une partie fixe - la chaine. La chaine apporte la structure et la trame apporte la couleur et le motif. Tout comme les deux acteurs qui font évoluer l’Histoire et nos civilisations, le sédentaire est le principe fixe de nos sociétés et le nomade en est le principe mobile.
Tout comme la trame, les cultures nomades apportent la couleur et les grandes inventions ; du feu à l’art, de l’écriture à la métallurgie, de l’agriculture à la musique. Tout comme la chaine, les cultures sédentaires fixent la couleur et développent ces grandes inventions. Nous parlerons ainsi de tissage des cultures lorsque nous ferons rencontrer, interagir, collaborer des acteurs sédentaires et des acteurs nomades ou premiers. Le tissage renvoyant implicitement à la fonction de protection, nous parlerons de tissage pour l’objet à travers la technique et de métissage pour l’être humain à travers la rencontre dans une recherche de préservation de notre patrimoine culturel commun.
Un nid protège des oisillons, la peau est la première barrière de protection de l’organisme, le vêtement protège l’être humain des agressions extérieures... tout corps tissé a une fonction de protection. Nous souhaitons tisser les cultures pour mieux les protéger.
Art Across Frontiers

-  Notre philosophie  -

Il fut un temps où les artisanats étaient hautement considérés et étaient des supports utilisés par les philosophes et érudits pour approcher la nature absolue du monde. Face à l’échec des doctrines, les artisanats peuvent-ils contribuer à faire naître une nouvelle conscience ?
Observons les phases de l'histoire. Les époques les plus fructueuses, les plus géniales et les plus vivantes ont toujours vu un artisanat florissant. On ne pourra rénover la conscience des peuples que par l'artisanat et non par des doctrines.
René Schwaller de Lubicz Dans les philosophies orientales, associés aux arts, les artisanats sont toujours considérés comme une science à part entière ou du moins une discipline majeure au même titre que l’astronomie ou la médecine. Ils constituent ainsi une matière essentielle pour atteindre la sagesse à travers la Connaissance physique et métaphysique du monde.
L’occident est depuis plus de trois siècles orphelin de toute philosophie du « comment dois-je vivre ». La philosophie occidentale se composait de deux branches maîtresses : La conduite de la vie humaine - le domaine spirituel - assimilée par la religion et la connaissance de la nature - le domaine matériel - assimilée par la science. Malgré les progrès matériels indéniables apportés lors du Siècle des Lumières par la science, cette dernière ne fonde ni morale, ni sagesse et la religion marquée par de grandes divisions a perdu de sa crédibilité. Dans sa tentative de synthèse, malgré quelques avancées majeures en terme de justice sociale, la politique se perdra vite dans le développement d’idéologies autoritaires, voire totalitaires dont le XXème siècle a fait les frais et dont certaines semblent encore bien résister aujourd’hui. Par conséquent, depuis une quarantaine d’années, l’occident perdu entre un matérialisme devenu excessif où tout devient précaire et un spiritualisme inexistant est en quête de sens, l’individu en quête de bonheur, l’humanité en quête d’un nouveau rapport au temps et aux autres.
Art Across s'engage dans un tour du monde
de l'artisanat à bord de sa montgolfière imaginaire !
Cap sur l'Himalaya...

-  Notre mission  -

Art Across Frontiers est une plateforme autour de laquelle gravitent des artistes qui permettront aux cultures nomades et sédentaires de se rencontrer autour de la pratique des arts et des artisanats.

Dans l’Himalaya, nous savons que l’hiver est une période privilégiée pour l’activité artistique, artisanale et la transmission. L’arrivée des beaux jours marque le début des activités agricoles et les villageois ne peuvent labourer et tisser en même temps. Par conséquent, dans notre volonté de ne pas interférer avec le rythme naturel des habitants et de compléter les creux économiques, nous intervenons hors saison. D’autre part, l’éloignement des centres économiques entretient la pauvreté de ces territoires oubliés. Ainsi, un apport ponctuel peut donner un coup de pouce conséquent à ces populations du bout du monde.
-
Autour de projets communs, nous faisons se rencontrer les savoir-faire des pays sédentaires avec ceux des peuples nomades pour que chaque artisanat puisse s’enrichir de la différence de l’autre, pour que chaque culture puisse se révéler l’une à travers l’autre. Dans un sens, ce modus operandi permet de dresser un état des arts et des artisanats dans les zones les plus reculées du monde, de les réveiller en stimulant la créativité des artisans et de les raviver en favorisant la transmission. Nous inscrivons ces artisans dans une dynamique économique ponctuelle, mais régulière pour qu’ils puissent envisager le reste de l’année avec plus de sérénité tout en les aidant à établir des espaces culturels au sein desquels ils peuvent continuer à se réunir et ainsi à préserver leur tissu social. Dans l’autre sens, nous permettrons aux artisanats plus ou moins bien établis de sortir de leur routine pour trouver une nouvelle créativité respectueuse de l’autre et pour que le savoir-faire venu d’ailleurs puisse persister à travers un savoir-faire considéré et fraîchement enrichi. Par ce travail artistique de coopération sincère, par les œuvres uniques porteuses de sens qui en seront issues et par le travail de communication original et multidimensionnel qui sera réalisé, nous espérons « faire notre part » dans le retour d’une conscience au dessus des nuages.

-  Rencontrer  -

Avec l’aide de Loomy, tisseur et métisseur de cultures à travers le tissage de son propre corps, Art Across Frontiers a souhaité partir à la rencontre des artisans qui ont encore entre leurs mains des savoir-faire d'exception, les réunir autour de projets collaboratifs et transfrontaliers, favoriser l'échange et la transmission des savoirs, pour ne pas qu'on oublie ces cultures aux multiples vertus.
Loomy
notre éclaireur
notre faiseur de rencontres
Loomy est un personnage atypique venu d’une lointaine planète où la valeur de l’être se mesure à la capacité à tisser des liens entre les individus. En 2014, Loomy a été envoyé sur Terre et a pris place à bord de la montgolfière Art Across Frontiers pour recréer du lien entre les êtres humains à travers le tissage de son propre corps. Loomy est notre éclaireur, notre faiseur de rencontre lors des multiples voyages que nous entreprenons. Grâce à son expertise unique, c’est le tissage qui guide nos expéditions. C’est en quelque sorte notre savoir-faire « fil d’Ariane » autour duquel graviteront par la suite autres artistes et savoir-faire. Sur nos prochains voyages, Loomy souhaite se mettre dans la peau des
nomades, semi-nomades et peuples premiers des 5 continents liés par un savoir-faire universel : le tissage. Dès l’année prochaine, il partagera avec nous une tente réalisée en toile de montgolfière et partira à nouveau à la rencontre des tisseurs de l’Himalaya et du reste du monde. Loomy est très sympathique. Tisser avec lui est plus simple qu’avec des métiers à tisser traditionnels. Diskit Angmo et Tsering Lamo
Vallée de Likir
Loomy est un personnage insolite. Son corps est composé de nombreux fils et de membres jaunes. Au début de notre rencontre, je pouvais voir à travers son squelette. Le tissage de son propre corps est la manière de rentrer en contact avec lui. Ainsi, nous pouvons prendre le temps d’échanger. Il m’a parlé d'un pourpre, telle la couleur des robes des moines, d’un pers, telle la couleur des rivières qu’il a survolées, du noir et du blanc, de l’ombre et de la lumière qu’il y a dans chaque être.
-
Tsering Dolma - Vallée de Spiti
Très vite, Loomy n’est plus un cadre à tisser, mais un personnage qui a intégré un foyer, une famille. Grâce à son œil 
et à sa mémoire hors normes, il nous permet d’avoir des informations multidimen-
sionnelles sur les milieux dans lesquels nous évoluons et nous permet d’obtenir des informations sur des artisans excep-
tionnels, conditions préliminaires à notre travail d’identification, de collaboration et d’information.
Avec le soutien de notre partenaire Mirrix, Loomy est notre premier mode d’inte-raction avec les populations. Ainsi, un artisan d’une famille tisse la moitié du corps de Loomy et un autre artisan d’une autre famille tisse la seconde moitié de son corps dans une certaine continuité technique et complémentarité graphique. Nous appe-lons le résultat de cette rencontre à distance, de cette collaboration : la métamorphose. Le contact avec Loomy est très agréable. Ce que nous apprécions le plus chez lui, c'est le fait de pouvoir tisser en sa compagnie
à l'intérieur comme à l'extérieur.
Dechen Dolma et Jigmet Spaldon
Vallée de Nubra

mét.

#1

mét.

#2

mét.

#3

mét.

#4

mét.

#5

mét.

#6

mét.

#7

mét.

#8

mét.

#9

-  Les métamorphoses de Loomy  -

-  Identifier -

THE BALLOON

Avec le soutien du réseau international Planète Balloon, The Balloon est un espace de vie mobile réalisé

partiellement en toile de montgolfière. Lors de nos futures expéditions hivernales dans le creux des montagnes, uniques dans leur genre, nous allons vivre dans cet espace atypique afin d’intervenir au plus près des derniers artistes et artisans de l’Himalaya.

Nos remerciements à l'aéronaute Jean Becker !
Suite aux rencontres tissées entre Loomy et les villageois, nous inventorions des savoir-faire en voie de disparition suivant un procédé d’inventaire se présentant sous forme d’un itinéraire de voyage à bord d’une montgolfière imaginaire. Autour de cette histoire fantastique, nous convions les villageois, mais surtout les derniers artistes et artisans peuplant les Terra Incognita de l’Himalaya, à remodeler naturellement leurs savoir-faire. Parfois, cette démarche donne l’occasion à un artisan de transmettre son savoir-faire à un membre de la famille. Sur notre mission exploratoire, ce travail nous a déjà permis de référencer 17 savoir-faire différents réunissant 32 artisans.

Nous introduisons cette méthodologie

par l’animation « Follow The Shadow! » qui permet

de briser la glace entre l’équipage Art Across Frontiers et les villageois.

-  Collaborer -

La Nacelle est l’espace de diffusion matériel

et immatériel de notre travail. Il réunit toutes les initiatives collaboratives issues de nos voyages

et de nos expéditions.

Une fois les artisanats du bout du monde identifiés, nous réunissons certains artisans d’exception de l’Himalaya avec des artisans Basques, Bretons, Landais ou encore Marocains. En 2014, nous avons entamé la réalisation de 2 prototypes collaboratifs originaux autour d’un vêtement et d’une chausse. Ce travail exploratoire a réuni 15 artisans de Demul (Vallée de Spiti / Himalaya) à Hiriburu (Pays-Basque / France) et de Ghiling (Vallée de Mustang / Himalaya) à Gamarde-les-Bains (Pays Chalossais / France). Nous allons poursuivre durablement ce travail en nous concentrant sur l’habit du pied et en finissant de réunir autour de notre montgolfière un réseau d’artisans cohérent et exceptionnel. Le fruit de ce travail permettra de financer des projets éducatifs et culturels dans le creux des montagnes de l’Himalaya.
PROJET #1 : LA CHAUSSE
Les premières chausses ont été inventées vite après le feu. Cette découverte nomade a permis à l’Homme d’aller au-delà de ses frontières habituelles. Cette invention a marqué le début de la conquête du monde par l’être humain. Aujourd’hui, la chaussure demeure l’accessoire central de l’équipement vestimentaire, parfois objet rituel, et prend des formes très variées en fonction de son utilisation.
Nous considérons que la chausse, en tant que « objet premier » est un légitime point de départ dans notre aventure collaborative autour des artisanats du monde. Nous poursuivrons ainsi notre travail avec des artisans de l’Himalaya, de France et du Maroc en réalisant des créations collaboratives originales permettant de valoriser des savoir-faire d’exception en voie de disparition tout en stimulant l’économie de territoires particulièrement isolés. Dès 2016, nos premiers produits seront diffusés sous forme d’épreuves d’artiste à travers un réseau de distribution spécifique. Ces produits d’exception seront d’une qualité sans compromis, seront accompagnés d’un carnet de voyage et seront protégés à l’intérieur d’une housse réalisée en toile de montgolfière. Les recettes nous permettront de supporter économiquement les territoires les plus isolés de l’Himalaya tout en mettant petit à petit en place des centres culturels locaux pour permettre la sauvegarde du tissu social de ces peuples du bout du monde.
Un journal poétique et non-politique
En 2014, nous avons entamé un travail
documentaire préparatoire à travers nos newsletters et des reportages réalisés pour des magazines spécialisés.
LE RAPPORT HOMME/MATIÈRE,
GARDE-FOU DE NOTRE INTÉGRITÉ SOCIÉTALE
ET PSYCHOLOGIQUE En cohérence avec notre philosophie, nous avons démarré un travail de recherche sur notre rapport fondamental à la Matière, garde-fou de notre intégrité sociétale et psychologique et constaté que les sujets de recherche peuvent se complémenter et ainsi permettre une meilleure convergence des analyses. À l’avenir, l’ensemble des travaux artistiques, des analyses anthropologiques, des récits, des poèmes et des photographies ou autres illustrations sera partagé dans un journal que nous avons appelé « The Yellow Newspaper » qui sera en même temps notre newsletter. Pour enrichir nos prises de vue, nous sommes entrain d’étudier avec notre partenaire Planète Balloon une montgolfière miniature. Ce journal sera notre support de communication central présenté sous forme d’un magazine trimestriel présentant nos travaux artistiques collaboratifs, nos travaux de recherche et tout ce qui est propre aux lieux et aux cultures que nous rencontrons.

TYN

#1

TYN

#2

TYN

#3

TYN

#2

TYN

#3

TYN

#4

TYN

#5

TYN

#6

TYN

#5

TYN

#6

S'ABONNER ?
World to gather
Art together

Art Across Frontiers

contact@artacross.org

Plateforme Nomade de Recherche

en Tissage et Métissage des Cultures (OBNL)

 

17, bis rue de la Monnaie

35000 Rennes

06.72.11.33.35 - 06.64.70.27.45

@copyright2015 - Designed & developed by Caroline from AAF's crew